L’Eglise de Vouzeron

Vouloir présenter l’église de Vouzeron, c’est présenter le village lui-même, puisque celui-ci est étroitement lié à l’existence de celle-ci. En effet, il est impossible de parler de Vouzeron sans citer le texte de l’an 843, dans lequel, par une donation faite par un chevalier dénommé Ambran à l’abbaye de Dévres, il cédait une église dédiée à Saint-Martin, situé dans la villa de Vouzeron avec la terre labourable qui en dépendait. A cette époque, les nobles chevaliers donnaient largement aux œuvres pieuses…

eglise Il est nécessaire de rappeler qu’à la fin de l’époque carolingienne, les églises et les chapelles étaient soumises au régime domaniale ; elles étaient souvent considérées comme partie intégrante du domaine et suivaient son sort : elles étaient achetées, données, vendues, léguées comme lui. Ces domaines étaient des « villas » terme qu’il ne faut pas confondre avec la définition actuelle qui désigne une habitation de prestige.

Toutes les églises devaient posséder des revenus, ce qui explique l’adjonction de terres labourables C’est sous le pontificat de Rodolphe, archevêque de Bourges entre 839 et 865 que cette donation figure dans trois Chartres signées par le roi lui-même. Le texte latin nous précise que c’est dans « in villa Vocabulo Voseronico … » et c’est dans ces quelques mots que nous trouvons l’origine du village.

Comme l’ensemble des vocables, Vouzeron à modifié l’orthographe de son nom au gré des ans ; à titre d’exemple on peut citer en 1236 ;VOSERON dans un cartulaire de Vierzon. En 1290 : Parrocha de VOSERON. En 1544, dans un texte de l’abbaye de Saint-Sulpice : VOULZERON.

Dans la recherche de l’origine du toponyme de Vouzeron, l’étymologie n’est d’aucun secours, ainsi le nom de Voseronico en 843 devient déjà vers 900 Voseronto, puis en 1236 Vozerun, en 1290 Parrochia de Vouzerone1, Vosero en 1396 Voulzeron sur Baranjon en 1544.

dessinRechercher la forme ancienne d’un nom de lieu, c’est prendre en considération le fait qu’il est , comme les patronymes, sujet aux variations phonétiques, aux fantaisies des scribes, aux modes des universités Pour Vouzeron, ( cette hypothèse n’a jamais été proposée dans les études précédentes ), il ne faut pas négliger le toponyme d’origine gauloise “Vobero” qui signifiait “ruisseau plus ou moins caché” N’avons nous pas le Barangeon qui serpente sous les ombrages ? Les déformations successives ont pu donner: Vozero, dénomination que l’on retrouve d’ailleurs en 1396 dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice, pour en arriver à la forme actuelle : Vouzeron ? Le Barangeon, quant à lui est appelé en 1768 Vajon ou Brayon dans le grand dictionnaire géographique de La Martinière.

L’église est dédiée à Saint-Martin :

A la fin du IV° siècle Saint-Martin était évêque de Tours, il a parcouru son diocèse et les diocèses voisins. Il était fils d’un tribun militaire, enrôlé lui-même à quinze ans, baptisé à dix huit ans à Amiens ou selon la tradition il partagea son manteau avec un pauvre Pour cet acte de charité, il fut puni par l’armée romaine qui n’avait pas apprécié la destruction d’un bien lui appartenant .

L’ influence exercée par Saint-Martin en Berry a laissé des traces. La vénération accordée à son nom était si grande, que plus de 125 églises paroissiales du diocèse ( près du cinquième ) l’avaient choisi pour patron, parmi ces églises, celle de Vouzeron. Un vitrail du chœur (don du baron Roger) lui est consacré.

stloupL’autre saint présent dans l’église est Saint-Loup. Saint-Loup, né à Orléans de famille royale après un séjour comme religieux à Lérins, fut nommé archevêque de Sens . Il ne faut pas le confondre avec son homonyme évêque de Troyes. Sa légende, peu connue est riche en miracles ou prodiges. Elle doit être reçue avec respect par les fidèles et avec curiosité par les agnostiques et les incroyants. Une bannière de Saint-Lou (ou Saint-Loup et même Saint-Leu) le représente avec la palme du martyre. Retrouvée dans le grenier de la salle paroissiale, elle avait subi les sévices des rats et des oiseaux. Elle a repris sa place après restauration, le 19 septembre 2004, dans la chapelle qui est consacrée à ce saint (Actuellement à gauche en entrant dans l’église).

La confrérie de Saint-Loup a pour objet d’obtenir la protection de ce saint pontife pour les enfants et pour toute personne qui souffre de troubles nerveux, convulsions, frayeurs. Elle date du commencement du XIXéme siècle et était florissante déjà en 1831, mais sans doute existait bien avant la Révolution .

Les premières feuilles d’inscriptions datent de 1836 et comptabilisent plus de 300 participants. Les dernières inscriptions datent de 1954. De nombreuses familles de Vouzeron étaient inscrites à cette confrérie. La statue du saint était conduite en procession… Certains habitants en ont encore le souvenir…

Pierre BRAUD

En 1883, le clocher actuel vient remplacer l’ancienne tour de bois dotée d’un auvent (”caquetoné”)

Publicités